Clémence Pollet, illustratrice jeunesse en résidence à Tours

L’association Livre Passerelle (Tours), en partenariat avec le CRIA 37 et le Centre social Camille Claudel de La Ville-aux-Dames, accueille Clémence Pollet en résidence d'auteur jeunesse. Elle vient d’achever l’illustration de l’histoire de Mulan aux éditions HongFei et la richesse de ce projet lui a donné envie de poursuivre une réflexion autour de l’héroïne. Durant quatre mois, entre juin et décembre 2015, Clémence Pollet partagera son temps entre création artistique et rencontres avec le public. Découvrez le nouveau projet de cette artiste qui utilise une technique particulière, la linogravure.

SON UNIVERS
"Au cours de mes années d’études à l’école Estienne puis aux Arts décoratifs de Strasbourg, je constitue ma propre bibliothèque de références puisant ça et là des images et des textes qui me touchent et m’inspirent.
Bientôt elle est pleine à craquer et je tente de me retrouver dans cet amoncellement de gravures, peintures, photographies appartenant aussi bien au XIIe qu’au XXIe siècle.
Mes premières images sont un assemblage de ces découvertes. Elles mêlent dessin, couleur, reproductions
de gravures, motifs découpés et recomposés. Chaque illustration est un prétexte pour expérimenter, coller, fabriquer des images fourmillant de détails. L’ébouriffée, mon premier album, en est l’illustration la plus aboutie.
La découverte des fresques du quattrocento en Italie, lors de mon séjour à Bologne, est un vrai déclic. D’un seul coup, j’abandonne mes collages et simplifie mes images en me concentrant sur la forme et la couleur.
Mon projet de diplôme réalisé à l’encre noire, tout en trait et aplat, participe à ce renouvellement graphique.
C’est également lors de mes études que me vient le goût d’illustrer et de détourner contes traditionnels et oeuvres littéraires reconnues. Candide, Belle du Seigneur, De l’amour et autres démons sont, tous les trois, des textes fondateurs que je m’amuse à interpréter dans mes images.
Certaines thématiques m’inspirent et je remplis mes carnets d’enfants, d’animaux et de robots. Mes petits garçons et petites filles se ressemblent, ils sont la plupart de temps masqués ou affublés d’un costume d’antan. J’aime imaginer des personnages appartenant à un univers onirique hors du temps.
Mes commandes en illustration enrichissent mon travail personnel en le confrontant à des textes nouveaux. Je me rends rapidement compte que chaque projet nécessite une approche et une interprétation particulières.
La plupart du temps, la technique que je choisis pour illustrer un texte ne s’impose pas immédiatement.
Je prends le temps de réfléchir à la manière dont je vais m’en emparer. Mes solutions de représentation et le choix de la technique découlent de ce temps de réflexion.
Pour illustrer Le petit chaperon bleu, adaptation contemporaine et décalée du conte original, j’abandonne
rapidement mes premiers essais à la gouache et pars dans une direction plus moderne, dessin à l’encre et colorisation numérique.
Pour l’album Loup un jour, mon loup est suggéré à chaque page par une immense masse noire. Je choisis la technique du monotype qui me semble la plus appropriée pour rendre vibrant son pelage. Dans cette technique je réalise des aplats, des dégradés, et d’intéressants effets de matières. Je crée ma gamme de couleurs puis découpe et colle mes personnages et mes décors.
Aujourd’hui, j’ai envie de sortir mes pinceaux, plumes et encre de chine pour créer une jungle foisonnante pour mon prochain livre, Mowgli qui paraîtra aux éditions Amaterra." [C.P.]