Luc Tartar, en résidence au Théâtre de l'Imprévu (45)

En juin, puis en octobre-novembre 2021, le Théâtre de l’Imprévu accueille en résidence le dramaturge Luc Tartar, qui écrit une pièce autour de la rumeur d’Orléans. L’occasion de revenir sur cette affaire dans les lieux même où elle fut façonnée, d’en rencontrer les témoins, et d’en faire état auprès du public d’aujourd’hui pour voir ce qu’elle nous dit de notre rapport actuel au complotisme, à l’antisémitisme, aux fantasmes collectifs et aux fragilités adolescentes. Une résidence soutenue par Ciclic. 

La rumeur d’Orléans

En 1969, une rumeur se répand au sujet de prétendues disparitions de jeunes filles dans les cabines d’essayage de magasins de vêtements d’Orléans. Ces jeunes filles seraient enlevées via les souterrains d’Orléans jusqu’à un sous-marin mouillant dans la Loire. Cette rumeur, qui s’étend progressivement à la France entière, désignait les commerçants juifs de la ville comme les instigateurs de cette « traite des blanches ».

Projet d’écriture : faire de la rumeur d’Orléans un acte théâtral sensible,
qui nous parle d’aujourd’hui

« On a fêté en 2019 le triste anniversaire de la rumeur d’Orléans : 50 ans qui ont vu changer le monde et exploser le nombre des rumeurs et les moyens de les faire circuler. La rumeur d’Orléans éveille doublement mon intérêt, de par son caractère antisémite et parce qu’elle était propagée au début par des adolescent.e.s. Écrire autour de la rumeur, c’est de nouveau m’intéresser aux fragilités adolescentes, aux fantasmes collectifs, aux menaces et interdits parfois brandis par les adultes, à ce monde abîmé qu’on leur laisse en héritage. Depuis plusieurs années, j’écris des pièces de théâtre qui s’adressent aux adolescents, à leurs parents et à leur entourage. J’ai travaillé sur différentes thématiques, le harcèlement scolaire (Les yeux d’Anna, Lansman, prix de l’Inédithéâtre 2010, coup de coeur 2014 de Théâtre à la Page), le sentiment amoureux (S’embrasent et Roulez jeunesse !, Lansman), la schizophrénie (En découdre, Lansman)…

Ecrire sur la rumeur d’Orléans, c’est bien sûr la mettre en perspective et la relier à toutes ces rumeurs contemporaines et autres thèses complotistes circulant sur les réseaux sociaux, c’est interroger ce qui est au cœur de l’adolescence et qui ne cesse de m’interpeler, la relation entre l’individu et le groupe, le rejet et l’attirance de l’autre, le surgissement du cauchemar en pleine réalité, la peur d’un monde qui vacille et la prise à bras-le-corps d’une violence à tout faire péter. Ma responsabilité d’écrivain de théâtre est de ne pas laisser les adolescents seuls face à la violence du monde, en mettant des mots de théâtre sur cette violence, ce qui est une façon de la questionner et de la combattre. »

Une résidence en deux temps : temps d'imprégnation, de recherche et d'échange, puis temps de médiation en direction de différents publics

La rumeur d’Orléans a été analysée, disséquée par des chercheurs, des sociologues, des rumoristes… En juin, premier mois de sa résidence à Orléans, Luc Tartar entamera son processus d’écriture en s’appuyant sur une recherche documentaire – analyses, interviews, films, articles de presse, archives du Cercil, archives municipales et départementales. Il s’imprègnera des lieux où la rumeur s'est développée, rencontrera des témoins et auscultera la mémoire de la population. 

En octobre et novembre, Luc Tartar échangera avec des classes de collèges et lycées de l’agglomération orléanaise au fil de l’écriture de son texte, les fera réagir et produire eux-mêmes des ressources (textes, photos, vidéos, bandes dessinées…) à partager en ligne, et via des sessions présentielles. Un atelier d’écriture sur le thème de la rumeur, suivi d’un atelier de lecture à voix haute avec Eric Cénat, sera également proposé à destination des détenu.e.s du Centre pénitentiaire d’Orléans-Saran.

Une lecture publique d’extraits de ses œuvres par les comédien-nes du Théâtre de l’Imprévu sera proposée, ainsi que des rencontres-débats en partenariat avec la médiathèque d’Orléans, le CERCIL, la librairie Les Temps modernes, le cercle Jean Zay, l’Université d’Orléans et le Bouillon. Une lecture publique de la pièce est prévue en décembre dans le cadre du 30e anniversaire du Cercil. 

« Mon écriture est née d'une fréquentation gourmande des plateaux de théâtre. J'ai commencé par être comédien (je le suis encore) et puis j'ai eu envie d'aller faire un tour du côté de la langue elle-même. Je n'en suis pas encore revenu. Pas à pas je m'aventure dans un théâtre qui n'est ni réaliste, ni psychologique. Je plonge mes personnages dans un univers décalé dans lequel les repères se dérobent. Je travaille sur le cauchemar, sur le surgissement dans le quotidien du burlesque et de l'innommable, c'est à dire de la poésie et de l'émotion. C'est un théâtre de la déglingue, tour à tour lapidaire et hémorragique, dédale de cris et de fous rires, dans lequel circule une urgence absolue, celle de dire ce monde d'aujourd'hui qui nous échappe en même temps qu'il nous traverse de part en part. »
Luc Tartar, programme de saison 2004-2005 du Théâtre de l'Est Parisien.

Luc Tartar est l'auteur d'une trentaine de pièces de théâtre parues aux Editions Lansman, Théâtrales, Espaces 34 et Domens. Il est également l’auteur de deux romans et d’un journal, publiés aux Editions de l’Amandier. Son troisième roman, Clémence, paraîtra en juin 2021 aux Editions Infimes. Luc Tartar est auteur associé au Théâtre d'Arras de 1996 à 2006. Il est auteur associé au Théâtre du Grand Bleu à Lille, Scène conventionnée d'intérêt national Art, Enfance et Jeunesse à partir de 2018.


Le Théâtre de l'Imprévu

« Les mots sont au centre de la démarche artistique du Théâtre de l'Imprévu. Dans une société où l'image prime et côtoie l'éphémère, les mots donnent du sens et nous inscrivent dans le temps et l'espace. Grâce à eux, nous explorons notre passé, appréhendons notre présent et réfléchissons à notre avenir. Nous cherchons les mots là où ils se trouvent, là où ils sont au service de l'émotion, de la pensée et du plaisir : pièce, témoignage, interview, roman, lettre, poème, chanson, écrit journalistique...
À travers nos créations, nous expérimentons sous des formes les plus diverses un théâtre du texte et de la parole. Nous proposons des spectacles tout public, jeune public et des lectures théâtralisées. Nous mettons également en places des actions culturelles liées à nos créations en milieux pénitentiaire, scolaire et associatif. Les thèmes abordés sont principalement :
- la mémoire et l'histoire (de 1870 à nos jours),
- les sujets sociétaux (migration, exil, intégration/exclusion, chômage, décrochage scolaire, violences conjugales/familiales...)
- la poésie (du XXe siècle) »

Contact :
Théâtre de l'Imprévu
Maison Bourgogne, 108 Rue de Bourgogne, 45000 Orléans
02 38 77 09 65