Publié le 27/07/2021

Les chiffres de l’édition française en 2020

Le Syndicat national de l’Édition publie Les « chiffres de l’édition », rapport statistique du SNE. Ces chiffres clés agrègent les données d’une enquête réalisée auprès d’un échantillon d’environ 160 maisons, représentant plus de 650 marques éditoriales. 

Marquée par une crise sanitaire, sociale et économique inédite, l’année 2020 témoigne d’une capacité de résilience exceptionnelle du livre en France, avec un chiffre d’affaires des éditeurs de 2 740 millions € en 2020, accusant un recul modéré de 2,3% par rapport à 2019.

Principaux chiffres 2021

Le chiffre d’affaires des éditeurs se compose du produit de la vente de livres (2 606,6 millions d’euros) et du produit des cessions de droits (133,4 millions d’euros). Les ventes de livres ont baissé de 2,19% par rapport à 2019. Si l’on exclut le secteur scolaire – qui a bénéficié des suites de la réforme des programmes pour le baccalauréat –, la baisse du chiffre d’affaires des éditeurs est un peu plus prononcée (-2,59%). Le produit des cessions de droits est en baisse (-5,39%) par rapport à 2019. Les revenus issus des cessions de droits sont le résultat des vies multiples du livre (en poche, en club, en traduction ou en adaptation audiovisuelle) dont l’élan a été freiné durant la pandémie..

Le nombre d’exemplaires vendus est de 422 millions en 2020.

Cette baisse, qui apparaît d’autant plus contenue au regard de la fermeture des points de vente physique lors des périodes de confinement, est marquée par de fortes disparités entre les segments éditoriaux :

En effet, certains secteurs connaissent une forte progression, notamment la BD (+6%) portée par les mangas dont le chiffre d’affaires est en hausse de 29%, le parascolaire (+7%) ou la jeunesse (+1%).

D’autres connaissent une forte baisse, notamment le secteur de l’art et des beaux livres (-36%) ou celui du tourisme (-59%).

La littérature générale, premier segment éditorial en valeur avec 22,4% de parts de marché, se distingue par une augmentation de 2,4% du CA en 2020.

On note également une grande hétérogénéité des tendances au sein même des segments éditoriaux : si le segment « Livres pratiques » par exemple est en baisse (-7,2 %), les livres de santé sont en hausse de 7,5%, de même que les livres de cuisine, notamment les recettes « à faire soi-même » en progression de 15,8%.  

Le marché de l’édition numérique, tous supports et toutes catégories éditoriales confondus, a généré un chiffre d’affaires de 263,6 M€, en progression de 13,5% par rapport à 2019.

L’activité des maisons d’édition françaises à l’international s’est contractée en 2020, en baisse de 3,5% à périmètre constant par rapport à 2019.  Les droits de traduction de 14 021 titres ont été cédés en 2020.  

Enfin, la crise sanitaire a eu des répercussions importantes sur la production éditoriale des éditeurs, qui est passée de 107 143 titres publiés en 2019 à 97 326 titres en 2020, soit une baisse de 9,1%. Dans le même temps, la production en nombres d’exemplaires a baissé de 11,6% passant de 516,8 à 456 millions d’exemplaires entre 2019 et 2020.

Les conséquences de la crise ont été particulièrement importantes sur les nouveautés, en baisse de 15% par rapport à 2019.

Les droits d’auteur, quant à eux, ont progressé de 1,06% par rapport à 2019. Ils représentent en moyenne 10,9% du chiffre d’affaires des éditeurs en 2020, contre 10,5% en 2019.

Télécharger la synthèse des chiffres 2020-2021

Télécharger le rapport complet (réservé aux adhérents au SNE).

[source : SNE]

Le Syndicat national de l'édition (SNE) est l'organe professionnel représentatif des éditeurs français. Avec plus de 660 adhérents, il défend l'idée que l'action collective permet de construire l'avenir de l'édition, le droit d'auteur, la liberté de publication, le prix unique du livre, la diversité culturelle... Il contribue à la promotion du livre et de la lecture. Il est présidé par Vincent Montagne et dirigé par Pierre Dutilleul.