Publié le 07/02/2020

Comment rémunérer les auteurs ? (mise à jour 2020)

Comment rémunérer un auteur pour une rencontre, un atelier d'écriture en lycée, une lecture de son œuvre ?

Doit-on le payer en « droits d'auteur », en « en droits d’auteur pour des activités accessoires », en salaire, en honoraires ou doit-il fournir une facture ? Ce guide pratique fait le point sur ces questions – et quelques autres – qui se posent régulièrement aux auteurs et aux opérateurs culturels qui les invitent.

Organisateurs de manifestations littéraires, bibliothécaires, libraires, travailleurs sociaux, enseignants... élaborent régulièrement différents types de projet avec des auteurs : résidences, ateliers, lectures, débats, etc.
Ces « diffuseurs »* se heurtent fréquemment à une même difficulté : comment rémunérer les auteurs, tant dans le respect de leurs droits que dans celui des réglementations sociales et fiscales ?

Pour leur part, écrivains, traducteurs ou illustrateurs sollicités pour intervenir dans le cadre d’animations diverses, ne sont pas toujours au fait des dispositifs légaux les concernant.

Parce que l’auteur est le maillon le plus isolé de la chaîne du livre et pourtant essentiel à celle-ci, nombre d’associations et d’institutions locales ou nationales (Sgdl, structures régionales pour le livre, CNL , La Charte, etc.) se sont dotées de missions spécifiques qui ont pour but de le défendre et de l’accompagner, à travers différentes initiatives. Le présent guide en est une.

La brochure Comment rémunérer les auteurs ? réalisée en 2008 par l’Agence régionale du Livre Provence-Alpes-Côte d’Azur (puis mise à jour en 2011, 2018 et 2020), a permis de répondre, de manière claire et pédagogique, aux questions que se posent les organisateurs de manifestations littéraires et les auteurs qui y participent. De plus en plus de professionnels prennent en effet et heureusement conscience que les sollicitations de lecture, rencontre, résidence... induisent un travail de l’auteur et représentent bien souvent un complément économique indispensable pour lui. Chronophages, ces activités doivent être distinguées de la promotion directe des œuvres.