Justaucorps

Editeur : Seuil
Auteur : Audrey (nouvelliste) Gaillard

EAN : 9782021475715
Prix : 16 €
Collation : 167p. ; 14cm x 21cm ; épaisseur 1.6cm
Date de parution : 04/03/2021

pa003

Laurence, dans la première partie du triptyque que forme ce roman, a seize ans. Elle vit ses premières expériences sexuelles avec Christophe, son professeur de patinage artistique, âgé d’une trentaine d’années. Il l’invite dans son bureau après l’entraînement, d’abord exceptionnellement, puis de manière très régulière.

De l’exaltation initiale, Laurence va glisser vers le dégoût, sans pouvoir l’exprimer, ni même le comprendre. Qu’en est-il de son consentement à tout cela ?

Justaucorps explore la courbe des émotions et les traces laissées dans le corps. L’écriture physique et elliptique creuse dans la complexité des sentiments de l’adolescente et se focalise sur elle, sans relâche, jusque dans son inconscient, le réel n’étant plus supportable.

À la veille de ses dix-huit ans, Laurence se blesse à la cheville. Ses obsessions l’anéantissent. Elle s’y confronte, mêle réalité et fantasme, puis avance, incertaine, vers un début de réparation. 


Audrey Gaillard coordonne depuis 2011 des actions de prévention de l’illettrisme. Elle est l’auteur de Ventre vide, recueil de nouvelles paru aux éditions Publie.net (2015). Justaucorps est son premier roman.

4eme de couverture :
Justaucorps Laurence, dans la première partie du triptyque que forme ce roman, a seize ans. Elle vit ses premières expériences sexuelles avec Christophe, son professeur de patinage artistique, âgé d'une trentaine d'années. Il l'invite dans son bureau après l'entraînement, d'abord exceptionnellement, puis de manière très régulière. De l'exaltation initiale, Laurence va glisser vers le dégoût, sans pouvoir l'exprimer, ni même le comprendre. Qu'en est-il de son consentement à tout cela ? Justaucorps explore la courbe des émotions et les traces laissées dans le corps. L'écriture physique et elliptique creuse dans la complexité des sentiments de l'adolescente et se focalise sur elle, sans relâche, jusque dans son inconscient, le réel n'étant plus supportable. À la veille de ses dix-huit ans, Laurence se blesse à la cheville. Ses obsessions l'anéantissent. Elle s'y confronte, mêle réalité et fantasme, puis avance, incertaine, vers un début de réparation.