Rencontre avec Patrick Deville

Vendredi 29 novembre, 20h à Tours (37)

La Librairie Le Livre vous invite à une rencontre avec Patrick Deville à l’occasion de la parution aux éditions du Seuil de ses deux derniers ouvrages, Amazonia et L’étrange fraternité des lecteurs solitaires. 

Avec Amazonia, Patrick Deville propose un somptueux carnaval littéraire dont le principe est une remontée de l’Amazone et la traversée du sous-continent latino-américain, partant de Belém sur l’Atlantique pour aboutir à Santa Elena sur le Pacifique, en ayant franchi la cordillère des Andes. On découvre Santarém, le río Negro, Manaus, Iquitos, Guayaquil, on finit même aux Galápagos, plausible havre de paix dans un monde devenu à nouveau fou, et qui pousse les feux de son extinction.

Le roman plonge jusqu’aux premières intrusions européennes, dans la quête d’or et de richesses, selon une géographie encore vierge, pleine de légendes et de surprises. Plus tard, les explorateurs établiront des cartes, mettront un peu d’ordre dans le labyrinthe de fleuves et affluents. Des industriels viendront exploiter le caoutchouc, faisant fortune et faillite, le monde va vite. Dans ce paysage luxuriant qui porte à la démesure, certains se forgent un destin : Aguirre, Fitzgerald devenu Fitzcarrald, Darwin, Humboldt, Bolívar.

Ce voyage entrepris par un père avec son fils de vingt-neuf ans dans l’histoire et le territoire de l’Amazonie est aussi l’occasion d’éprouver le dérèglement du climat et ses conséquences catastrophiques.

« Il faut se méfier des livres qu’on recommande aux fils : c’est sur une forte recommandation paternelle, une injonction, que j’avais lu enfant Moravagine. Même s’il me semblait étrange, ce livre, j’avais longtemps pensé qu’il était écrit pour moi puisque mon père me l’avait imposé, j’y trouvais le goût des tours du monde, la parenté du fou Moravagine et du fou Taba-Taba, lequel était alors mon camarade dans l’hôpital psychiatrique où nous vivions. Sans doute les scènes érotiques et pornographiques m’avaient échappé. Pas les Indiens bleus. »

« Les lectures successives de Moravagine avaient effacé mes impressions d’enfant, je ne saurai jamais plus ce que j’avais éprouvé à la découverte de ces phrases que je lisais devant le paysage autrement moins exubérant de l’estuaire de la Loire : « Nous étions entourés de fougères arborescentes, de fleurs velues, de parfums charnus, d’humus glauque. Ecoulement. Devenir, Compénétration. Tumescence. Boursouflure d’un bourgeon, éclosion d’une feuille, écorce poisseuse, fruit baveux, racine qui suce, graine qui distille. » La pirogue descendait le fleuve, s’approchait d’une berge pour le bivouac. « Nous ne les avions pas entendus venir. Ils s’avançaient sur nous et resserraient leur cercle silencieusement. Moravagine voulut les haranguer, un coup de pagaie, l’étendit par terre et il fut rapidement ligoté. C’étaient les Indiens bleus. »

 

Amazonia, Patrick Deville
Editions du Seuil
ISBN 2021247503 - 304 p. - 19 €

 

 

 

 

L'étrange fraternité des lecteurs solitaires, Patrick Deville
Editions du Seuil
ISBN : 2021430766 - 64 p - 9 €