Publié le 18/04/2018

Lecture d'Anne-James Chaton et son texte "Mignone, allons voir si la rose"

À l'automne 2016, Anne-James Chaton était accueilli pour un séjour littéraire au Prieuré Saint-Cosme, demeure de Ronsard. Son attention s'est particulièrement portée sur le poème le plus connu de Ronsard, Mignonne, allons voir si la rose. Il a dicté cette ode à Cassandre aux élèves d'une classe de CM1 et nous propose un texte montage des 28 copies, accompagné des nombreuses variantes. L'auteur est revenu en décembre pour présenter son projet suite à son séjour et lire trois extraits de son ouvrage Vies d’hommes illustres d’après les écrits d’hommes illustres (Al Dante, 2011).

La lecture s'est déroulée le dimanche 10 décembre 2017 au Prieuré Saint-Cosme. 
Ciclic propose ici à l'écoute la lecture d'Anne-James Chaton et en téléchargement Mignone, allons voir si la rose son texte composé suite à son séjour.

La lecture d'Anne-James Chaton comportait trois extraits de Vies d’hommes illustres d’après les écrits d’hommes illustres  :

    • Vie de Tibère d'après Suétone
    • Vie de Jésus Christ d'après Ernest Renan
    • Vie de Christophe Colomb d'après Jules Vernes

Mignone, allons voir si la rose, le texte d'Anne-James Chaton suite à son séjour à la demeure de Ronsard au Prieuré Saint-Cosme

« Mignonne, allons voir si la rose » est certainement le poème le plus connu de Ronsard, et le plus étudié dans les collèges et lycées. Cette ode à Cassandre fait aujourd’hui partie du patrimoine poétique français. Lorsque le  « Prince des poètes » écrit cette ode, la Brigade est déjà constituée, et ses membres, Ronsard, Du Bellay, Du Baïf, Dorat, croisent le fer et la plume avec les tenants d’une poésie plus classique.

Ronsard n’hésite pas à puiser chez les anciens, de Pindare à Pétrarque, dans les patois et les argots, inventant sans relâche de nouveau mots afin d’ouvrir le langage poétique. C’est ce geste que nous voulons évoquer en dictant à de jeunes élèves d’une classe de CM1 l’ode à Cassandre. Le texte ci-dessous présenté est un montage des 28 copies, accompagné des nombreuses variantes.

Les élèves, auxquels le poème n’avait jamais été lu, ont pu laisser libre cours à leur créativité langagière, et faire réapparaître, des siècles plus tard, tout un champ lexical caché de l’ancien français à l’anglais, en passant par des racines latines et germaniques.

Le poème peut ainsi s’enrichir d’une grammaire renouvelée et d’un lexique inédit, et nous inviter à une multitude de lectures jusqu’alors insoupçonnées.


 Le texte ci-dessus est composé à partir d’un photomontage d’extraits de 28 copies d’élèves de CM1 de l’école Jules Ferry à Montreuil.

Mignone, allons voir si la rose 

A Cacendre[i]

Minionere[ii], avallons[iii] avoir[iv] cit cit[v] la rossée[vi].

Qi[vii] se mati[viii] a vai[ix] desqu’oise[x]

Sa rombe[xi] de poux[xii] au soleile[xiii],

A poit[xiv] pendue[xv] sasste[xvi] résesseporer[xvii].

Les plit[xviii] de sa[xix] robe[xx] pour prés[xxi],

Est[xxii] sont[xxiii] tin[xxiv] au[xxv] vautre[xxvi] parelle[xxvii]


[i]    Var. : « Casandre » ; « Casendre » ; « Cacendre » ; « Cassedre » ; « Cassendre » ; « Casssandre ».
[ii]
    Var. : « Mignionne » ; « Mignone » ; ; « Mignonne » ; « Mignon » ; « Mignone » ; « Minione » ; « Mignol » ; « Minone » ; « Minonne » ; « Mignogne » ; « Mine » ; « Minine » ;  « Minoyne » ; « Minignone » ; « Minion » ; « Minolege » ; « Minignone ».
[iii]
   Var. : « à l’on » ; « alon » ; « allon » ; « alons » ; « allons » ; « allonns ».
[iv]
   Var. : « voire » ; « voir »
[v]
    Var. : « ci » ; « si ».
[vi]
   Var. : « la rosse » ; « la rose ».
[vii]
  Var. : « Qui ».
[viii]
 Var. : « se matin » ; « se ce matin » ; « ce matin ».
[ix]   Var. : « avei » ; « aver » ; « avais » ; « avait »
[x]    Var. : « d’éclose » ; « déclose » ; « eclose » ; « des cose » ; « des close » ; « des closes » ; « des clouse » ; « des cloze » ; « éclose ».
[xi]
   Var. : « robre » ; « robe ».
[xii]
  Var. : « purprer » ; « pourprée » ; « pourpe » ; « pourpre ».
[xiii]
 Var. : « soloie » ; « soleï » ; « solieu » ; « soleiye » ; « soleil ».
[xiv]
 Var. : « poi » ; « pois » ; « poin » ; « pouin » ; « poingt » ; « point ».
[xv]
  Var. : « pairdu » ; « perdu » ; « perdus » ; « perdue ».
[xvi]
 Var. : « cest » ; « ceste » ; « cesté » ; « sest » ; « seste » ; « set » ; « septs » ; « setet » ; « sesete » ; « séste » ; « cette » ; « cetete » ; « sette ».
[xvii]
 Var. : « vetré » ; « vest près » ; « vespré » ; « véspré » ; « vestprés » ; « vespri » ;  « vespret » ; « vesprer » ; « vepré » ; « vese prie » ; «vecprie » ; «veppré » ; «vesebrer » ; « veisprée » ; « vede prere » ; « vert prét ».
[xviii]
 Var. : « pi » ; « plie » ; « plies » ; « plis »
[xix]
  Var. : « deça » ; « de saran » ; « de sar rose »
[xx]
   Cf. note 11.
[xxi]
   Var. : « parpran » ; « porprer » ; « porprée » ; « poupré » ; « purprer » ; « pour praie » ; « pourporpré » ; « pourpré » ; « pourprés » ; « pourpler » ; « pourprer » ; « pourprée » ;
[xxii]
  Var. : « Et ».
[xxiii]
  Var. : « sons » ; « son ».
[xxiv]
 Var. : « tint » ; « tain » ; « taint » ; « tien » ; « teine » ; « trais » ; « trin » ; « tenri » ; « tein » ; « teint ».
[xxv]  Var. : « o » ; « aux ».
[xxvi]
  Var. : « fautre » ; « auvotre » ; « vaustre » ; « votre » ; « vostre » ; « fo ».
[xxvii]
 Var. : « parille » ; « parée » ; « pareille » ; « paireil » ; « pareil »

Né à Besançon en 1970, Anne-James Chaton a publié plusieurs recueils aux éditions Al Dante, dont Vies d’hommes illustres d’après les écrits d’hommes illustres paru en 2011. Son écriture poétique apparentée à la poésie sonore l’a conduit à concevoir plusieurs albums avec le guitariste anglais Andy Moor du groupe The Ex, le musicien électronique allemand Alva Noto ou le chanteur pop français Nosfell. 

Très lié à la scène de la lecture-performance, il a travaillé ses textes avec le metteur en scène Benoît Bradel, le chorégraphe Sylvain Prunenec ou l’artiste Phia Ménard, avec laquelle il prépare actuellement une adaptation d’Elle regarde passer les gens ; le duo sera accompagné de Nosfell et du danseur François Chaignaud. 


Prieuré de Saint Cosme, Demeure de Ronsard, La Riche

Sur les bords de Loire aux portes de Tours, le prieuré de Saint-Cosme fondé à la fin du XIe siècle est la dernière demeure de Pierre de Ronsard, le “Prince des poètes” qui en fut prieur commendataire pendant vingt années jusqu’à sa mort en 1585.

Dans ce lieu abandonné par les religieux de Saint-Martin en 1742, subsiste parmi les vestiges de l’église romano-gothique, de l’infirmerie et de l’hôtellerie et des bâtiments du réfectoire et du logis du prieur, le tombeau du poète qui choisit d’y mourir et d’y être inhumé. Les nouveaux jardins sont le fruit d’une création contemporaine qui propose au public de redécouvrir le prieuré dans son contexte environnemental originel – celui d’une île de la Loire – et lui offre une visite alliant l’agrément à la découverte active de 12 espaces-jardins traités comme autant de thèmes.

Depuis l’été 2010, c’est l’œuvre d’un autre esprit que l’on peut venir découvrir et apprécier. Le peintre d’origine chinoise, Zao-Wou-Ki, a signé dans un élan spirituel et poétique quatorze vitraux originaux pour le réfectoire des chanoines.

On peut également y admirer une magnifique collection de livres d’artistes, dits livres pauvres, ainsi qu’un ouvrage précieux des Odes de Ronsard (1555).

Demeure de Ronsard - Prieuré Saint-Cosme
Rue de Ronsard
37520 La Riche
02 47 37 32 70