Exposition Nicolas de Crécy, Lauréat du prix Grand Boum ville de Blois 2015

du 18 novembre au 17 décembre 2016 à la Maison de la bd (Blois)

La Maison de la bd vous propose de venir découvrir, jusqu'au 17 décembre, une très belle exposition qui présente un parcours rétrospectif du travail de Nicolas de Crécy, depuis son premier album Foligatto jusqu’à son récent manga La république du Catch.

Elle dévoile toute l’étendue de ses expériences graphiques, narratives et stylistiques. Du scénario baroque et onirique (Le Bibendum céleste) au récit satirique et grinçant (Léon La Came), en passant par la fable muette (Prosopopus) et le conte loufoque (Salvatore), Nicolas de Crécy n’a cessé de repousser les frontières de la bande dessinée, tout en affirmant un style très singulier.

L’exposition se veut une véritable plongée dans la fabrique du dessin, ses techniques (encre de Chine, aquarelles, crayons…) et ses processus (story-board, esquisses, retouches).

Nicolas de Crécy est né en 1966 à Lyon.
Après des études en Arts Appliqués et aux Beaux-arts, il publie en 1991 son premier ouvrage de bande dessinée, Foligatto (scénario de Alexios Tjoyas), qui sera couronné par divers prix. Paraît ensuite Le Bibendum céleste, album expérimental et graphiquement novateur qui sera le premier d’une série de trois tomes. Il entreprend ensuite, sur des textes de Sylvain Chomet, Léon la came en 1997, prix du meilleur album au festival d’Angoulême en 1998.

Depuis Foligatto jusqu’à La République du catch, ouvrage paru en 2015 simultanément au Japon et en France (Shueisha Publishing et Casterman), Nicolas de Crécy explore des pistes diverses développées autour d’une narration et d’un graphisme singuliers : l’illustration jeunesse (Le Roi de la pisteLa Nuit du grand méchant loup), les carnets de voyage, des textes personnels illustrés (New York sur LoireDes gens bizarres, Cafés moulus), des illustrations pour la presse (Libération, The New Yorker,...), tout en continuant la bande dessinée, avec notamment Super Monsieur Fruit, Prosopopus, Salvatore, aux éditions Dupuis, ou Journal d’un fantôme, l’autobiographie d’un dessin (2007, Futuropolis). Pensionnaire en résidence d’artiste à la Villa Kujoyama (Kyoto, Japon) en 2008, il s’est ensuite rendu régulièrement au Japon pour y développer des projets, parmi lesquels Carnets de Kyôto ou Esthétiques du quotidien au Japon, ainsi que des collaborations avec des artistes japonais (en 2014, il publie un Artbook avec Taiyo Matsumoto). Son travail, partagé entre bande dessinée et arts plastiques, a fait l’objet de nombreuses expositions ainsi que de traductions en Europe, aux États- Unis et au Japon.