Publié le 05/04/2018

À l'écoute, l'épisode #2 - Écrire la légende par Camille de Toledo

Dans cette deuxième rencontre du cycle Écrire la légende, Camille de Toledo a engagé une discussion collective autour des « images de famille », afin d’essayer de comprendre leurs poids symboliques, leurs raisons d’être et ce qu’elles accomplissent pour nos vies à venir. Les images nous aident-elles à retrouver la mémoire, à « soigner » le passé ? Pour mettre la légende en discussion, avec les présents, il composé et lu "Hier, j'ai rouvert ces cartons plein d'images", le premier texte de ce cycle.

Cette première lecture s'est déroulée le jeudi 15 mars à la Maison Max Ernst (Huismes-37).  Ciclic propose à celles et ceux qui n'ont pu être présents ou qui souhaitent s’y replonger, le texte Écrire la légende #1 à l'écoute et en téléchargement. 


∎  
Au sein du Labo de création de Ciclic, Camille de Toledo développe une réflexion sur les rapports entre littérature, photographie et histoire familiale, "Écrire la légende". Ciclic et la Maison Max Ernt proposent une série de rendez-vous autour de ce projet qui jalonne l'écriture de son roman Le livre des morts.

Qu’est-ce que ça veut dire « écrire la légende » ? Et que faisons-nous lorsque nous regardons et commentons des images du passé, des photographies de nos vies en famille ? Et si nous les commentons, n’est-ce pas une manière de « légender », d’offrir une légende à des images qui autrement se ressemblent, se confondent ? Une façon de les singulariser ? Mais alors, est-ce l’image qui dit le vrai ou sa légende ? Est-ce le texte qui fabule autour de la preuve ou le faux de la preuve qui se dissout grâce aux commentaires ? Ces questions convergent en une seule : « Qu’est-ce que légender ? »


Camille de Toledo est écrivain. En 2004, il obtient la bourse de la Villa Medicis. Dans un livre de 2007, Visiter le Flurkistan ou les illusions de la littérature monde (PUF), il engage une discussion sur ce que le XXIe siècle "exige" de la littérature. En 2008, il fonde la Société européenne des auteurs, qui œuvre à bâtir une "Europe des traductions".

Il est l’auteur, notamment, de L’Inversion de Hieronymus Bosch et Vies et mort d’un terroriste américain (Verticales/Gallimard 2004 et 2007). Camille de Toledo publie ensuite Le Hêtre et le Bouleau, Vies potentielles, Oublier, trahir, puis disparaître (Seuil, 2009, 2010, 2014) qui composent ensemble ce qu'il nomme la trilogie européenne. En 2017 paraît chez Gallimard, Le Livre de la faim et de la soif, et il signe, en 2018, chez Denoël, un puissant roman graphique, Herzl, une histoire européenne, illustré par Alexander Pavlenko. L'auteur y aborde la question des relations entre les mondes juifs et l’Europe des nations, entre l’exil et les États, entre les imaginaires de la première moitié du 20e siècle et l’histoire du sionisme.


Prochaine rencontre : jeudi 19 avril, 20h30 à la Maison Ernst