2e colloque bande dessinée et éducation "Cultures scientifiques"

mercredi 1er avril à Blois | date limite d'inscription : 16/03

La Maison de la bd organise son deuxième colloque bande dessinée et éducation qui cette année est consacré aux liens entre BD et cultures scientifiques. Il propose d'explorer ces mondes vraisemblables ou invraisemblables élaborés par les auteurs, de découvrir ces constructions physiques possibles ou paradoxales et d'apprendre comment la bande dessinée est devenue un art de représentation des sciences à la fois original et créatif.

Curieuse bande dessinée, peuplée d'explorateurs d'univers, d'inventeurs de génie plus ou moins fantasques, scientifiques parfois renommés depuis le savant Cosinus de Christophe en 1893 jusqu'au professeur Burp de Gotlib en 1968, en passant par les non moins célèbres Pacôme de Champignac, Philip Mortimer ou Tryphon Tournesol... Depuis l'émergence d'une bande dessinée documentaire de vulgarisation scientifique, ce sont des chercheurs et des ingénieurs bien réels qui investissent le 9e art et se font les observateurs méthodiques et scientifiques d'un monde pas moins réel... En s'intéressant aux techniques et aux découvertes les plus contemporaines, les anticipant même parfois (n'oublions pas que Tintin a marché sur la Lune 17 ans avant Armstrong) les auteurs arpentent et mesurent les confins du monde physique : la bande dessinée joue avec la science, s'y perd parfois, la malmène ou la rend plus saisissable pour le néophyte.

Au programme de cette journée qui se déroule à l'École de design de Blois (ETIC) :

► 9h : Accueil des participants 

► 9h15-11h : Conférence « Bande-dessinée et espace-temps » par Roland Lehoucq.
Roland Lehoucq est astrophysicien au Commissariat à l'Energie Atomique, enseignant-chercheur et auteur. 
Parmi toutes les productions de l’imaginaire, la bande dessinée constitue un support didactique intéressant car il est riche, proche d’un public scolaire et souvent bien connu de celui-ci. Certaines séquences s’avèrent particulièrement efficaces pour motiver la réflexion sur la nature de l’espace et du temps et les liens qu’ils entretiennent tant dans la bande-dessinée que dans le monde physique. Nous discuterons de cette question en analysant trois œuvres réalisées par Fred (série Philémon), Marc-Antoine Mathieu (série Julius Corentin Acquefacques) et Pascal Jousselin (série Imbattable).

 

►11h30-12h30 : TROIS ATELIERS AU CHOIX :

① Atelier - 1er degré : "La bande dessinée comme déclencheur de questionnements scientifiques" par Alain Gougry, enseignant missionné à la Maison de la bd, François Barillon coordonnateur du centre pilote La Main à la pâte de Blois et Patrice Gentilhomme, conseiller pédagogique pour les arts plastiques
En proposant d'analyser les albums de L’ours Barnabé de Philippe Coudray, l’atelier présentera ses possibles exploitations dans le domaine des sciences et permettra d’explorer et d’expérimenter quelques-unes de ces pistes. Le recours à certaines planches pouvant en effet faire office de support pédagogique particulièrement intéressant.

② Atelier - 2d degré – collège, "La bande dessinée et l'histoire des sciences. Comment une bande dessinée permet d'éclairer l'histoire d'un scientifique et de ses pratiques" par Loïc Jourdren enseignant missionné au Muséum de Blois et Pascal Girodon, directeur.
En s'appuyant sur les deux expositions présentées simultanément par la Maison de la bd et le Muséum d'Histoire Naturelle de Blois, l'atelier se propose de travailler sur les oiseaux et les connaissances apportées par Audubon au 19e siècle en comparant avec celles que recueillent actuellement les scientifiques. Des pistes de travail avec les élèves de collège seront présentées sur les thèmes suivants : la biodiversité, les migrations, le réchauffement climatique en lien avec les oiseaux.

③ Atelier - 2d degré - lycée, "Valise pédagogique : ruptures écologiques" par Xavier Orain, enseignant missionné à la Maison de la BD, en partenariat avec CICLIC.
Présentation de six albums (Les grands espaces de Catherine Meurisse, Saison Brune de Philippe Squarzoni, Saccage de Frederik Peeters, 300 000 ans pour en arriver là de Grégory Jarry et Otto T., Manuel de la Jungle de Joub et Nicoby, Un printemps à Tchernobyl d'Emmanuel Lepage) mis à disposition des enseignants et des classes de lycée, et proposition de quelques ouvertures pédagogiques possibles pour leur utilisation en classe.

► 12h30-14h15 : Pause déjeuner libre

14h15-16h : « Culture scientifique et bande dessinée : réflexions sur une digestion » échange avec Marc-Antoine Mathieu, auteur (Julius Corentin Acquefacques, 3", Le livre des livres, Le Sens…) et Laurent Gerbier, professeur à Angoulême et à l'université de Tours, associé à l'InTRu. 
Tandis que la plupart des efforts pour penser les relations entre bande dessinée et culture scientifique se concentrent sur l’idée de vulgarisation ou de pédagogique visuelle, considérant implicitement la bande dessinée comme un « outil », un « moyen », un simple « vecteur » permettant de mettre à la portée de tous des contenus savants compliqués ou techniques, les deux intervenants esquisseront une réflexion exactement inverse, et interrogeront la manière dont le travail de création, narratif et graphique, peut trouver à se nourrir des réflexions de la science. Comment une culture scientifique peut-elle constituer un matériau pour la pensée et pour l’imagination d’un auteur ? Quelle sensibilité à la science se dévoile dans les productions textuelles, graphiques ou iconotextuelles ? À travers ces questions il s’agit de prendre en charge la valeur poétique de la culture scientifique, c’est-à-dire la manière dont le travail des artistes peut se nourrir de savoir. C’est cette dimension de la création en bande dessinée que l’on tentera d’explorer en partant du travail de Marc-Antoine Mathieu.

►16h : Clôture de la journée