Publié le 22/09/2017

Charles Robinson, auteur associé au pOlau (37)

Le pOlau, pôle des arts urbains, accueille depuis le mois de mai Charles Robinson. Jusqu'en mars 2018, l'auteur  partagera son temps entre la création d'un index numérique collaboratif et l'animation d'ateliers participatifs. Ce projet de création est soutenu par Ciclic grâce au dispositif "auteur associé".

Le cycle romanesque amorcé par Charles Robinson avec Dans les cités (Seuil, 2011) et Fabrication de la guerre civile (Seuil, 2016) construit une cité fictive peuplée de quelques cent-trente personnages, auxquels s'ajoutent plusieurs dizaines de lieux. En complément de ces romans, l'auteur souhaite créer un index sous forme d'objet numérique, comprenant un texte original pour chaque personnage et chaque lieu. Ces fiches seront étoffées d'images, de sons, de vidéos... L'ensemble formera un univers urbain fictif à explorer dans une navigation libre.

Pour ce faire, des ateliers participatifs seront mis en place, visant à interroger la ville à partir d'hypothèses et d'imaginaires fictionnels, en regardant les quartiers comme des lieux de mythologie. Ces ateliers se dérouleront sur plusieurs territoires, avec plusieurs publics. Ils mêleront échanges, arpentages, écritures et prises de vue ou de sons. Le projet du pOlau et de Charles Robinson est donc double : il s'agit de concevoir une expérience d'écriture participative grandeur nature et d'utiliser la littérature comme outil de médiation urbaine, afin de construire un objet littéraire alternatif.

Les champs de recherche de Charles Robinson s’étendent à l’écriture, la création sonore, la littérature live et la création numérique. Depuis plusieurs années, il s’intéresse de près à la ville et à ses habitants. Dans les cités (Seuil, 2011) et Fabrication de la guerre civile (Seuil, 2016) forment un cycle urbain qui imagine, en 1300 pages et une centaine de personnages, une cité de banlieue, ses résidents, leurs imaginaires individuels et sociaux, leurs cohérences et leurs fractures. S’attachant aux formes hors du livre, Charles Robinson écrit des pièces sonores, participe à des lectures publiques, à des installations et à des performances.

Charles Robinson : la tension, l'attention
par Guénaël Boutouillet

Charles Robinson s'associe au pOlau pour y co-produire une expérience d'écriture participative ainsi qu'un « index numérique », qui répond autant aux champs d'investigation du lieu qu'aux ambitions affichées de son œuvre singulière, dense et mouvementée.

« Bâtir une œuvre » est une expression trompeuse et versatile, tant nombreuses sont les acceptions du dit bâti : s'agit-il de faire récit, trace, langue, monde, ou les quatre ensemble, et dans quelle proportion ? Il n'y a pas moins de façons de bâtir son ouvrage qu'il n'y a d'auteurs ; mais, au cœur des multiples hiérarchisations possibles, si nous pensons en termes d'espaces et de volumes, ce qu'a déjà bâti Charles Robinson en une dizaine d'années d'activité publique est, assurément, monumental. Monumental par ses ambitions et dimensions, le diptyque des Cités, constitué des deux romans Dans les cités (Seuil, 2011) et Fabrication de la guerre civile (Seuil, 2016) - plus de 1200 pages à eux deux - est relancé et augmenté sans cesse par ces boutures. 

Le travail entrepris au pOlau est exemplaire de ce que cette œuvre a de parfaitement contemporain ― à la fois solide, plastique, et intense. 

Lire l'intégralité du texte