Résidence d'auteure de Laëtitia Bourget à Tours (37)

De septembre à novembre 2014, l’association Livre Passerelle, implantée à Tours, a accueilli Laëtitia Bourget, auteure en littérature jeunesse, qui a la particularité de développer une activité artistique sous diverses formes : écriture, vidéo, photo, installation, peinture... Durant ces trois mois, elle a partagé son temps entre création artistique et rencontres avec le public.

Laëtitia Bourget habite depuis peu à Néons-sur-Creuse, dans l'Indre, après avoir vécu et travaillé à Paris. Depuis 1997, elle mène un projet artistique qui met en relation expérience de vie, relation à l'environnement, au contexte social, et explore des formes variées de production : vidéo, photo, installation, sculpture, dessin, écriture...

Après l'obtention d'une maîtrise d'arts plastiques à l'Université de Bordeaux 3 en 1998, son travail trouve très vite une visibilité internationale, à travers la circulation de ses vidéos. En 2002, elle débute une collaboration avec Emmanuelle Houdart, qui donnera lieu à un premier album jeunesse. L’écriture fait ensuite son chemin, pour prendre peu à peu une place grandissante dans son parcours artistique.

"L'écriture est comme une chambre d'enfant pleine de fatras que j'avais abandonné en fermant la porte. Jusqu'au moment où l'occasion s'est présentée de la visiter de nouveau.
J'y ai farfouillé, j'y ai découvert des trésors et depuis la porte est restée ouverte. La chambre avait continué de se remplir, des graines avaient germées et je suis arrivée tout juste pour en récolter les fruits. Un grand merci à Emmanuelle pour m'avoir demandé tel le petit prince "s'il te plaît écris moi une histoire". [L.B.]

Note d'intention du projet artistique et culturel de la résidence de Laëtitia Bourget

L'immersion
Le livre  est pour moi une interface qui permet de partager des questionnements et des centres d'intérêts, ainsi que d'enrichir des possibles et de stimuler un éveil émotionnel et créatif.
Aujourd'hui, je ressens le besoin d'expérimenter une relation plus directe avec des publics d'âges et d'empreintes sociales et culturelles variées, afin de nourrir mon travail d'auteure, et ainsi d'aborder de nouvelles formes d'écriture. Des écritures incluant un auditoire, éventuellement sa participation, en tout cas portées par la présence (la mienne, celle de lecteurs, puis celles d'interprètes).Par ailleurs c'est en plasticienne que j'écris pour la jeunesse, le livre est pour moi une incarnation, qui articule du texte, du visuel et de la manipulation, et j'aimerais explorer d'autres formes de sensitif avec la participation des enfants.
La résidence proposée par Livre Passerelle est l'occasion idéale pour développer des projets autour de la lecture et de son prolongement, accompagnée de lectrices expérimentées, en immersion au sein de contextes diversifiés.
Ainsi une des bases essentielles de ces projets sera l'oralité : la lecture pour autrui, les prises de parole partagée, les débats d'idées, jeux, etc.
Une autre en sera l'incarnation, avec de nombreuses pistes possibles : le dessin, le mime, la graphie, la manipulation de sons, les enregistrements vidéos, etc.
Enfin, il y a la fiction, comme un moyen d'appropriation, de détachement et d'ouverture, avec des ateliers d'écriture.
J'envisage cette résidence comme un laboratoire d'expérimentation de littérature appliquée en quelque sorte, qui me permettra d'aborder une dimension de recherche plus fondamentale. Et j'aimerais qu'elle aboutisse à la (re)présentation publique de nouveaux textes imprégnés de ces rencontres.

Le centrage
Je viens tout juste de m'installer à Néons-sur-Creuse, dans l'Indre, où je n'avais aucune attache jusque là. La perspective d'une résidence à Tours représente pour moi l'opportunité de découvrir les acteurs culturels locaux, de les familiariser avec mon travail, et de contribuer ainsi à mon implantation dans la région.
J'aimerais profiter de cette résidence pour avancer sur mes différents projets d'albums en cours, en collaboration avec Delphine Vaute (Graine d'amoureux), Joanna Concejo (Tu es là), Emmanuelle Houdart (Toute une vie), Goele Dewanckel (Maman louve), et Alice Gravier (La clé des champs).
Il s'agirait de les faire venir chacune quelques jours à Tours afin que nous nous retrouvions pour travailler ensemble. La présence de chacune serait l'occasion de ponctuer la résidence de rencontres publiques au cours desquelles nous pourrions témoigner des modalités particulières de chacune de ces collaborations.

Laëtitia Bourget, mai 2013