Publié le 29/04/2019

Baromètre des prêts et des acquisitions 2018 en bibliothèque

Quels sont les livres les plus achetés par les bibliothèques de lecture publique ? Les livres les plus empruntés ? Peut-on comparer les prêts en bibliothèque et les ventes en librairie ?

Ce baromètre, mené pour la troisième fois par le Ministère de la Culture et de la Communication en partenariat avec Livres Hebdo, TMO Régions et C3rb Informatique, concerne 170 bibliothèques de tailles et de profils différents. Il illustre la très grande dispersion des emprunts des usagers des bibliothèques et met en avant les politiques documentaires mises en œuvre dans les bibliothèques de lecture publique et les pratiques de leurs publics.

Un nombre de prêts considérable

Les 13,5 millions de prêts enregistrés portent sur 532 000 ISBN différents (- 4 % par rapport à 2017), ce qui est tout à fait considérable. L’analyse des données 2018 témoigne, comme l’an dernier, de la très grande dispersion des emprunts en bibliothèque, qu’il faut mettre en lien tant avec la diversité des fonds des bibliothèques publiques qu’avec les contraintes ou « frictions » propres à l’activité du prêt, telles que le nombre d’exemplaires acquis par la bibliothèque pour un même titre, la durée du prêt (environ 3 semaines), etc. 

Comme en 2016 et 2017, les 10 œuvres les plus empruntées ne représentent ainsi que 0,3 % des prêts. Les 10 œuvres les plus acquises ne représentent que 1 % des acquisitions. Toujours en tête, les livres jeunesse (40%) et les BD (29%), suivis de la fiction adulte (21%) et des documentaires (10%). Les bibliothèques ont par ailleurs fait l’acquisition de 459 000 ouvrages, dont 37% d’ouvrages jeunesse.

Rappel des chiffres du baromètre 2017 

Les emprunts connaissent une répartition entre quatre grands segments : la jeunesse totalise 40% de l’ensemble ;  la bande dessinée constitue 27% du total ; la fiction 22% ; les documentaires 11%.

En 2017, 92,5% des 200 titres les plus acquis en bibliothèque l’ont été par moins d’un établissement sur deux. 71% de ces 200 titres ont été achetés par moins de 50 des 167 bibliothèques de l’échantillon. On observe par ailleurs une adéquation entre les pratiques des emprunteurs et l’offre des bibliothèques. Cependant, la part du documentaire est plus importante dans les acquisitions que dans les emprunts,  les bibliothèques souhaitant continuer à être des lieux de ressources à vocation encyclopédique pour les usagers.

Le Ministère de la Culture et de la Communication devrait continuer à publier chaque année un baromètre des prêts et des achats en bibliothèque de lecture publique.