Olivier Baumont, en résidence au Domaine national de Chambord (41)

En 2014, le claveciniste est venu à trois reprises séjourner à Chambord où il a travaillé sur un ouvrage consacré à la musique dans les Mémoires de Saint-Simon.

Cette résidence, soutenue par Ciclic, s'est déroulée en trois périodes : janvier, mai et septembre 2014. Durant ces trois mois Olivier Baumont a décidé de tenir un petit journal de bord dans lequel il consigne quelques réflexions et faits marquants, comme autant de jalons émaillant son séjour dans le château. Découvrez les notes de la première période, la deuxième et troisième période de sa résidence.

Après avoir obtenu deux premiers Prix de clavecin et de musique de chambre à l’unanimité au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, où il enseigne aujourd’hui, Olivier Baumont se produit régulièrement en France et à l’étranger. Éclectique, il a enregistré aussi bien l’intégrale de l’œuvre pour clavecin de Rameau et de Couperin que des disques consacrés à Bach, à Hendel, à Purcell, aux compositeurs russes du XIIIe siècle et même à la musique américaine des Lumières.

Artiste curieux, passionné et érudit, il a publié de nombreux ouvrages consacrés à des compositeurs comme Couperin ou Vivaldi, ainsi qu’une œuvre sur La musique à Versailles qui a obtenu le prix du meilleur livre de la musique du Syndicat des critiques musicaux français en 2008.

Durant sa résidence chambourdine, Olivier Baumont a achevé  l’écriture d’un ouvrage sur la musique au 18ème siècle dans les Mémoires du duc de Saint-Simon, grand mémorialiste de la seconde partie du règne de Louis XIV et de la Régence. Ce travail totalement inédit est un atout précieux pour les chercheurs mais aussi pour les amoureux du Grand Siècle. De plus, sa publication coïncidera avec l’exposition sur les spectacles à la cour organisée par le domaine de Versailles, partenaire de ce projet.

Si ses qualités de musiciens sont très vite reconnues, son sens aigu de la communication (masterclasses, conférences, émissions de radio et télévision) et son bonheur d’être sur scène comme de partager avec d’autres arts son goût pour les 17e et 18e siècle (productions théâtrales, direction artistique du Festival de Champs sur Marne, livres) sont également salués et font de lui un artiste aux multiples facettes, sollicité internationalement.