Cent jours autour du monde
Christian Garcin – New York, New York

Extrait d'une chronique d'un tour du monde sans avion, en cargo, en train, en voiture, d'est en ouest et dans l'hémisphère nord, effectué en ce printemps 2018, par Christian Garcin et Tanguy Viel. 
L'intégralité de ces textes paraîtra aux éditions Lattès au printemps 2019.

 New York, New York
[extrait]

Un jour, on ne peut pas dire que ce soit de gaieté de cœur, mais enfin il faut bien se résoudre à quitter l’horizon et affronter la verticalité ‒ n’en déplaise à Chateaubriand. Et pour cela, pensions-nous, rien ne vaut une arrivée dans le port de New York après quatorze jours de mer. La ville allait progressivement se livrer à nous, et nous discernerions sur notre droite, après avoir longé le sud de Brooklyn et avant de continuer vers Newark, la statue de la Liberté et les tours de Manhattan pointées haut vers le ciel. Mais la règle est communément admise, qui veut que les choses ne se déroulent pas toujours comme on l’imaginait, ou l’espérait. Plus nous approchions de New York, plus le navire avançait à très faible allure dans une brume épaisse qui enveloppait tout et devenait de plus en plus dense ‒ si bien que nous n’avons rien vu. Pas l’ombre d’une tour, ni d’une statue. Nous étions prisonniers d’une purée de pois grisâtre et humide derrière laquelle se discernaient à peine quelques bâtiments, plutôt plats, du sud de Brooklyn, et les quais du nord de Staten Island que nous longions. Rien au-delà. Nous qui avions pris l’habitude de laisser nos regards traîner loin sur l’horizon, nous nous trouvions soudain aveugles, les yeux bandés comme l’ange du Destin.

[...]