Karim Ressouni-Demigneux | F.O.L de l'Eure-et-Loir (28)

La Ligue de l'enseignement - Fédération des organisations laïques d'Eure-et-Loir accueille du 1er mars au 31 mai 2016, l'écrivain Karim Ressouni-Demigneux qui se consacrera à l'écriture de ses deux prochains romans. Deux textes de registre différent mais dans lesquels on retrouve les préoccupations de l'auteur, à savoir l'identité, les différences et le regard de l'autre. C'est également autour de ces questions que s'articuleront les rencontres avec le public eurélien. 

→  Le projet artistique et culturel

Deux types d’interventions vont être proposées : 
– un atelier d’écriture avec une classe du collège d’Auneau, occasion d’installer le bureau de l’auteur dans le collège, et dans le cadre de cette relation suivie, de partager l’avancée de son travail d’écriture avec les jeunes. 
– des rencontres ponctuelles avec des publics (collégiens, tout public/famille) dans des lieux variés (médiathèque, collèges, salon du livre), qui pourront se faire en lien avec la série La Cité ou d’autres de ses livres.

Par ailleurs, une exposition « La terre est ma couleur » des éditions Rue du Monde, sera proposée à la médiathèque d’Auneau, laquelle interroge le public sur le vivre-ensemble, sur la différence. Elle sera en lien avec les projets d’écriture de Karim Ressouni-Demigneux et permettra à d’autres publics de découvrir son travail. 

→  Le projet d’écriture de Karim Ressouni-Demigneux

Il se consacrera à l’écriture de deux textes de registre différent, l’un pour adultes et l’autre pour adolescents (les textes pouvant être lus par les deux publics) :

– Le roman, intitulé Les vacances au Maroc, puise ses trames narratives dans son histoire familiale. S’y entremêlent trois récits : l’histoire tragique d’un oncle, Ahmed, marocain parti à Madrid étudier la gravure à la fin des années cinquante et auteur d’un crime passionnel ; l’histoire des parents de l’auteur, couple mixte et illégitime, au Maroc en 1961 ; et la figure emblématique de la famille, un arrière-grand-père conquérant, qui unifia la Rif marocain au début du XXe  siècle, déjà incarné au cinéma par Sean Connery. La question qui traverse et relie les trois récits est celle de l’identité culturelle, portée avec fierté ou tue.

– Le roman « ado », provisoirement intitulé Syndrome, met en scène une jeune autiste, Lili, atteinte du syndrome d’Asperger, et explore la question amoureuse, celles de la relation aux autres, de la compétition scolaire, de l’échec.

« Dans ces deux textes, » affirme-t-il, «  on retrouve les préoccupations qui, à des degrés divers, parcourent l’ensemble de mes livres, à savoir l’identité, les différences et le regard de l’autre. C’est autour de ces questions que les rencontres avec les publics s’articuleront. »