Jonathan Wable auteur associé au Centre hospitalier de La Tour blanche - Issoudun

Le Centre hospitalier de la Tour Blanche à Issoudun accueille (presque) tous les mercredis de mars à novembre 2015, Jonathan Wable, écrivain, pour son projet de permanence littéraire.


Jonathan Wable, une permanence littéraire à l’hôpital d’Issoudun 

Depuis le 4 mars et pour près de trente-six mercredis quasi consécutifs, Jonathan Wable a pris ses quartiers au sein du centre hospitalier de la Tour Blanche à Issoudun. L’auteur de Six photos noircies (éditions Attila, 2013) s’installe à l’hôpital pour y tenir une permanence littéraire.

Ce projet de permanence s’inscrit dans le cadre d’un dispositif d’auteur associé, soutenu par Ciclic, qui se distingue des résidences par le caractère ponctuel et répété des temps de présences (à la différence des résidences où l’auteur est présent en continu pendant un à plusieurs mois). Il est né de l’envie de réfléchir en pratique à l’intérêt de la présence et de la rencontre avec un écrivain hors des lieux et circuits traditionnels de la culture. Les hôpitaux, espaces recevant la vie fragilisée, sont régis par de rigoureux protocoles qui assignent à chacun des rôles précis. De cette manière, la plus grande efficacité des prises en charge et des soins médicaux peut être assurée. L’intervention d’un écrivain n’y semble donc ni nécessaire, ni indispensable et c’est en conscience de cette extériorité que Jonathan Wable désire se glisser dans le tissu des lieux et y amorcer des rencontres, des échanges et des créations.

À sa disposition, l’ensemble du site de la Tour Blanche comprenant le bâtiment historique et le pôle de médecine physique et de rééducation. Au cœur de ce dernier, dans le hall de vie, un bureau lui est spécialement dédié. Cet espace constitue le centre névralgique de la permanence : il lui permet d’accueillir, de discuter, de rêver et d’exposer, aussi. Sur ses murs, que Jonathan Wable s’amuse à associer à l’épiderme compact et sensible de l’hôpital, il envisage de présenter les traces des projets et des rencontres qu’il aura menés au fil des huit prochains mois. Une histoire de la permanence pourrait germer et s’y donner à lire par l’accumulation des fragments, des voix, des écrits, des mélanges, des idées, de tout ce qui se crée dans le sillon de ces mercredis médico-littéraires. Le bureau sera inauguré prochainement et, dès lors, ouvert et accessible à tous. Pour l’heure, il s’agit de prendre ses marques, de s’installer et de provoquer des rencontres.

La présence de Jonathan Wable au sein de l’hôpital est programmée jusqu’à la fin du mois de novembre 2015. À l’issue de la permanence, un site Internet consacré au récit de cette expérience et à la recension de ses empreintes devrait voir le jour. Des nouvelles du bord seront publiées ici tout au long du projet.

[Noémie Ballof]