Jacques Jouet, en résidence aux Mille univers - Bourges (18)

L’association des mille univers, installée à Bourges, accueille l’écrivain, poète et membre de l’Oulipo, Jacques Jouet. Pendant les six mois de sa résidence berruyère, l’artiste écrira quotidiennement le poème adressé du jour, qui sera offert à un habitant de la commune.

Jacques Jouet est né en 1947 dans la banlieue de Paris. Il se veut écrivain tout-terrain : poésie, nouvelle, roman, théâtre, essai. Ça ne lui fait pas peur qu’un poème puisse être imprimé sur un T-shirt. Il n’aime pas la pureté : la littérature n’est pas pure ; la langue n’est pas pure ; même les origines ne sont pas pures. De plus, à ses yeux, la littérature n’est pas une activité solitaire. C’est pour cela, peut-être, qu’il est si attiré par le théâtre. Depuis 1983, il est membre de l’Oulipo (Ouvroir de Littérature Potentielle fondé par François Le Lionnais et Raymond Queneau).

Découvrez le projet de Jacques Jouet :

"Je compose, depuis le 1er avril 1992, le poème du jour, poème daté, localisé, frais du jour. Plus de vingt ans après, ils sont nombreux.
Les quatre premières années ont été publiées en 1999 par les éditions P.O.L. sous le titre Navet, linge, œil-de-vieux. Les quatre suivantes Du jour paraissent chez le même éditeur en décembre 2013.
Diverses procédures ont été adoptées au fil des années : séries de natures mortes, de poèmes-portraits, de poèmes adressés, de poèmes sur écoute musicale…

J’ai commencé le 29 mai 2013 ce qui sera la dernière procédure – inachevable – de cette entreprise, le poème adressé du jour.
L’idée du Poème adressé du jour est de plaire au plus grand nombre, mais un par un.

À quoi bon, pour un poète actif aujourd’hui, rêver que sept milliards d’êtres humains lisent ses petites crottes de poèmes comme s’il était Baudelaire ? Un autre rêve est que chaque être humain, semblable, co-listier, ami inconnu, frère… ait un jour le sien, de poème, le sien, pour lui d’abord.

C’est pourquoi je commence par les « pages blanches » des abonnés du téléphone du département de l’Ain (01) de la République française. Le classement est par communes. La première : L’Abergement-Clémenciat. J’envoie à chacune et chacun, par voie postale, un poème. Je joins mon adresse et un bref exposé du projet d’ensemble. Il n’est pas certain que, de mon vivant, j’arrive à l’Aisne, et, après la France, au Gabon, après le Gabon, la Grèce, ainsi de suite jusqu’au Zimbabwe avec redémarrage en Afrique du Sud, et Finlande pour finir. Cela s’appelle la transcendance, la seule que je reconnaisse et qui est celle des grands nombres. C’est déraisonnable. Et alors ? J’aurai essayé. Et, qui sait ? j’aurai peut-être été aidé par d’autres, de mon vivant ; ils continueront peut-être après ma mort. Ça fait beaucoup de peut-être.

Pour ne pas sombrer dans la monotonie fatale d’une seule liste, rien ne m’interdira, selon les circonstances, d’anticiper en irriguant des fragments de territoire ou des groupes donnés vers lesquels de bons « rabatteurs » m’auront spécialement orienté." [Jacques Jouet]

Pendant sa résidence berruyère, Jacques Jouet poursuit cette entreprise en composant chaque jour pendant six mois un poème adressé, envoyé (une commune du cher qui aurait 200 habitants, par exemple, ou une rue complète de Bourges…). Il compose, dans l’atelier de typographie des Mille univers, des poèmes-tracts (une distribution tous les quinze jours dans un lieu public genre gare ou marché), des poèmes-affiche, des poèmes cartes postales… L'auteur lit publiquement des poèmes, chez des particuliers, par exemple… mais anime aussi des ateliers de poésie, dans l’idée d’adresser des poèmes à des tiers.

En juillet, cent cinquante habitants des rues Rimbaud et Verlaine de Bourges, ont reçu un poème.