Rencontre avec Martin de la Soudière

Vendredi 14 juin, 20h à Tours (37)

La librairie Le Livre vous invite à une rencontre avec Martin de la Soudière à l’occasion de la parution de Arpenter le paysage, Poètes, géographes et montagnards paru aux Éditions Anamosa.

«  Le seul véritable voyage, le seul bain de jouvence,  ce ne serait pas d’aller vers de nouveaux paysages, mais d’avoir d’autres yeux. De voir l’univers avec les yeux d’un autre, de cents autres, de voir les cents univers que chacun d’entre eux voit, que chacun d’entre eux est »  Marcel Proust, A la recherche du temps perdu

Concrètement, physiquement, comment entre-t-on en paysage ?

Car même si nous pouvons le concevoir et le percevoir comme et dans sa globalité, le paysage n’est pas d’emblée un « donné ».  C’est une construction : il s’avère recomposé tout à la fois par les images que nous nous en faisons et dont nous héritons, par notre usage tout personnel des lieux ; enfin, par les intentions qui sont les nôtres quand nous partons à sa rencontre. De même que l’enseignait l’ethnologue Marcel Mauss par cette heureuse formule : « l’individu ne va pas à la chasse, mais à la chasse au lièvre », de même, personne n’a jamais marché sur le paysage  mais sur tel chemin, sur cette pente-ci ou sur ce sommet là, sur des lieux nommés et clairement désignés. »

On entre sans doute en paysage avec le pied et avec la main (on empoigne la matière de la roche pour grimper aux sommets). Mais l’écriture du paysage, en plein vent et en cabinet, est aussi une affaire de rituels. Jean-Loup Trassard arpentant son bocage, Julien Gracq au volant de sa 2CV sur les rives de la Loire, André Dhôtel se perdant dans la forêt des Ardennes, Philippe Jaccottet, Pierre Sansot, Jean Giono et Gilles Lapouge  puis Fernando Pessoa le promeneur immobile de Lisbonne : l’auteur scrute les gestes de ces poètes, qui, tandis que leurs confrères grands-voyageurs pèlerins voyages pour écrire, écrivent pour voyager. À travers eux l’auteur revendique une intimité du paysage féconde pour la réflexion et pour l’imaginaire.

« De l’alpiniste au poète (mais on peut être à la fois l’un et l’autre) en passant par le paysagiste, à travers les pratiques des uns, des autres, et leurs trop rares témoignages, je tentais de déceler la relation très concrète en même temps qu’intime que chacun de ces praticiens ou de ces auteurs entretient avec cet « objet », le paysage. »

 

Arpenter le paysage - Poètes, géographes et montagnards, Martin de la Soudière
Éditions Anamosa, 2019
ISBN : 979-10-95772-67-5. - 384p. - 24€