Rencontre avec Bérengère Cournut

Le jeudi 22 mars 2018, 19h à St Jean de Braye (45)

La Médiathèque de Saint-Jean de Braye, en partenariat avec la librairie Les Temps Modernes, vous invite à rencontrer Bérengère Cournut  pour son roman  Née contente à Oraibi paru aux Editions du Tripode.

Bérengère Cournut
Un temps secrétaire du traducteur Pierre Leyris, dont elle accompagne les œuvres posthumes chez l’éditeur José Corti (Pour mémoire, 2002 ; La Chambre du traducteur, 2007), Bérengère Cournut publie son premier roman, L’Écorcobaliseur (éditions Attila) en 2008, un hommage à Henri Michaux aussi bien qu’une histoire d’enfants perdus.
Elle a publié trois ouvrages aux éditions Attila et deux plaquettes de poésie à L’Oie de Cravan, dans lesquels elle déploie un univers onirique empreint de fantaisie langagière.
Son dernier livre, Née contente à Oraibi, nous mène dans le Grand Ouest américain, et plus particulièrement dans la civilisation des Hopis, tribu amérindienne d’Arizona. Bérengère Cournut retrace la quête initiatique d’une jeune Indienne hopi, orpheline à la recherche de son père. Un roman lumineux au cœur de la cosmogonie d’un peuple proche de la nature, des animaux et des défunts.

Née contente à Oraibi conte le destin d’une jeune Amérindienne d’Arizona. Le peuple hopi vit depuis des siècles sur un plateau aride, dans des conditions de dénuement extrême. Soumis aux contraintes d’une région désertique, il a développé une cosmogonie extraordinaire et des croyances qui font communier la vie et la mort, la lumière et la nuit, les esprits, les animaux et les hommes. À travers la quête d’une jeune orpheline qui salue le Soleil  en riant, c’est la beauté de ce monde aux antipodes du nôtre qui se révèle, et demeure.

(...) Une bosse s’est formée sous sa couverture au niveau du ventre, puis ses mains noueuses se sont trouvées libérées. Elle les a placées le plus haut possible au-dessus de sa tête et est restée un long moment comme ça, les bras en l’air. Elle me regardait d’un air rieur: «Tu as vu comme mes ailes frémissent?» Puis lentement, elle a replié les coudes et posé ses bras affaiblis le long de sa poitrine. Les mains à nouveau croisées sur le ventre, elle a fermé les yeux en disant: «Le papillon est fragile, il ne faut pas tenter de le retenir quand il a envie de s’envoler…»

Née contente à Oraibi, Bérengère Cournut
Editions du Tripode, janvier 2017
Roman français - Cahier photo de 28 pages
ISBN : 978-2-370551-01-6 - 304 p.
Prix: 19,00 €