Remise du Prix littéraire des Grands Espaces - Maurice Dousset à Marcus Malte

dimanche 12 nov., 15h à Nogent-le-Rotrou (28)

Une après-midi littéraire au lieu de spectacle La BarAque à Nogent-le-Rotrou avec la remise du Prix des Grands Espaces Maurice Dousset, en présence de Marcus Malte, lauréat 2017

Ce prix vise à améliorer le regard que les hommes portent sur l’espace qu’ils traversent, les grands espaces à l’horizon ouvert en particulier et sur la plaine de Beauce notamment. Le jury de l’Association du Prix littéraire des Grands Espaces-Maurice Dousset a désigné comme lauréat de la quatorzième édition, Marcus Malte pour son roman Le Garçon paru aux éditions Zulma. Les quatre autres ouvrages en lice étaient, Sur les chemins noirs de Sylvain TESSON (Gallimard), Dans les pas du fils de Renaud et Tom François (Kero), La danse des vivants d’Antoine Rault (Albin Michel), Romanesque de Tonino Benacquista (Gallimard).

Remise du prix mais également de la musique et des lectures forcément, une conversation avec Octave Mirbeau, cet irrécupérable auteur ayant grandi à Rémalard, la voisine. Une rencontre avec Marcus Malte, une séance de signatures, un verre à partager... 

Marcus Malte de son vrai nom Marc Martiniani, originaire de La Seyne sur Mer où il continue à vivre – « j’y suis né, j’y suis resté » - auteur de romans noirs, de livres d’enfant et de jeunesse, apprenti footballeur, pianiste de jazz, cinéphile au point d’en avoir fait longtemps son métier (projectionniste, responsable de salle de cinéma), lecteur boulimique, a cette fois abandonné le genre du polar. Marcus Malte livre avec Le Garçon un récit d’initiation, un roman d’apprentissage, une histoire acérée et critique de 30 ans d’histoire (la nôtre), un exercice de style libre et éblouissant. Avec Le Garçon, Marcus Malte invente un héros muet « inclassable aventurier » qui affronte autant qu’il subit l’épreuve du monde.

« Entre poésie, roman noir et épopée, Marcus Malte a l’art (et la manière) de nous surprendre et de nous entraîner là où il veut ». « C’est haletant, trépidant, épique. « C’est un délice pour le lecteur ». « Ses mots roulent et ses phrases chantent, qu’elles décrivent le chemin, la passion ou l’horreur ».
Telles sont quelques-unes des critiques publiées par la presse au moment de la parution du Garçon.

Le Garçon, Marcus Malte
Paris : éditions Zulma, 2016. - ISBN 978-2-84304-760-2. - 544 p. - prix : 23,50€ 

« Ce roman est  une météorite tombée dans les plates-bandes du monde littéraire. » Mona Ozouf, Présidente du jury du Prix Femina

"Il n’a pas de nom. Il ne parle pas. Le garçon est un être quasi sauvage, né dans une contrée aride du sud de la France. Du monde, il ne connaît que sa mère et les alentours de leur cabane. Nous sommes en 1908 quand il se met en chemin – d’instinct.
Alors commence la rencontre avec les hommes : les habitants d’un hameau perdu, Brabek l’ogre des Carpates, philosophe et lutteur de foire, l’amour combien charnel avec Emma, mélomane lumineuse, à la fois sœur, amante, mère. « C’est un temps où le garçon commence à entrevoir de quoi pourrait bien être, hélas, constituée l’existence : nombre de ravages et quelques ravissements. » Puis la guerre, l’effroyable carnage, paroxysme de la folie des hommes et de ce que l’on nomme la civilisation.
Itinéraire d’une âme neuve qui s’éveille à la conscience au gré du hasard et de quelques nécessités, ponctué des petits et grands soubresauts de l’Histoire, le Garçon est à sa façon singulière, radicale, drôle, grave, l’immense roman de l’épreuve du monde."