Lecture d'Anne-James Chaton et Mélusine Thiry

Afin de conclure en beauté et en public le séjour d'Anne-James Chaton à la Demeure de Ronsard et la résidence de Mélusine Thiry à Livre Passerelle, les deux lieux s'associent pour proposer un événement commun au Prieuré Saint-Cosme. Un après-midi où chacun des auteurs lira des textes écrits au cours de leur présence en Touraine.

Deux lectures de textes inédits autour de l'enfance
Les deux auteurs, aux univers esthétiques très différents et que rien a priori ne destinait à partager un événement commun, sont exceptionnellement réunis autour d'une thématique : le monde de l'enfance.

  • Anne-James Chaton, poète et performeur, lira le texte écrit à l'occasion de son séjour à La Riche. Une forme d'infinie variation autour du célèbre poème de Ronsard "Mignonne, allons voir si la rose".
    L'écrivain a composé cette oeuvre à partir des multiples interprétations du poème par une classe de CM1 à qui il fut dicté.
  • Mélusine Thiry, illustratrice d'albums jeunesse, lira quant à elle des extraits de son livre en cours d'écriture.

Une exposition "Les masques de l'invisible"
Ces lectures auront pour écrin les oeuvres de Mélusine Thiry. Un travail sensible autour des ombres, des silhouettes et des contours. Des explorations graphiques inspirées du tout petit et de l'infini, pour inventer le merveilleux et exprimer le plaisir et la difficulté de grandir.


Mignone, allons voir si la rose, le texte d'Anne-James Chaton suite à son séjour 

« Mignonne, allons voir si la rose » est certainement le poème le plus connu de Ronsard, et le plus étudié dans les collèges et lycées. Cette ode à Cassandre fait aujourd’hui partie du patrimoine poétique français. Lorsque le  « Prince des poètes » écrit cette ode, la Brigade est déjà constituée, et ses membres, Ronsard, Du Bellay, Du Baïf, Dorat, croisent le fer et la plume avec les tenants d’une poésie plus classique.

Ronsard n’hésite pas à puiser chez les anciens, de Pindare à Pétrarque, dans les patois et les argots, inventant sans relâche de nouveau mots afin d’ouvrir le langage poétique. C’est ce geste que nous voulons évoquer en dictant à de jeunes élèves d’une classe de CM1 l’ode à Cassandre. Le texte ici présenté est un montage des 28 copies, accompagné des nombreuses variantes.

Les élevés, auxquels le poème n’avait jamais été lu, ont pu laisser libre cours à leur créativité langagière, et faire réapparaître, des siècles plus tard, tout un champ lexical caché de l’ancien français à l’anglais, en passant par des racines latines et germaniques.

Le poème peut ainsi s’enrichir d’une grammaire renouvelée et d’un lexique inédit, et nous inviter à une multitude de lectures jusqu’alors insoupçonnées.
 

Mignone, allons voir si la rose 

A Cacendre[i]

Minionere[ii], avallons[iii] avoir[iv] cit cit[v] la rossée[vi].

Qi[vii] se mati[viii] a vai[ix] desqu’oise[x]

Sa rombe[xi] de poux[xii] au soleile[xiii],

A poit[xiv] pendue[xv] sasste[xvi] résesseporer[xvii].

Les plit[xviii] de sa[xix] robe[xx] pour prés[xxi],

Est[xxii] sont[xxiii] tin[xxiv] au[xxv] vautre[xxvi] parelle[xxvii]



[i]    Var. : « Casandre » ; « Casendre » ; « Cacendre » ; « Cassedre » ; « Cassendre » ; « Casssandre ».
[ii]
    Var. : « Mignionne » ; « Mignone » ; ; « Mignonne » ; « Mignon » ; « Mignone » ; « Minione » ; « Mignol » ; « Minone » ; « Minonne » ; « Mignogne » ; « Mine » ; « Minine » ;  « Minoyne » ; « Minignone » ; « Minion » ; « Minolege » ; « Minignone ».
[iii]
   Var. : « à l’on » ; « alon » ; « allon » ; « alons » ; « allons » ; « allonns ».
[iv]
   Var. : « voire » ; « voir »
[v]
    Var. : « ci » ; « si ».
[vi]
   Var. : « la rosse » ; « la rose ».
[vii]
  Var. : « Qui ».
[viii]
Var. : « se matin » ; « se ce matin » ; « ce matin ».
[ix]   Var. : « avei » ; « aver » ; « avais » ; « avait »
[x]    Var. : « d’éclose » ; « déclose » ; « eclose » ; « des cose » ; « des close » ; « des closes » ; « des clouse » ; « des cloze » ; « éclose ».
[xi]
   Var. : « robre » ; « robe ».
[xii]
  Var. : « purprer » ; « pourprée » ; « pourpe » ; « pourpre ».
[xiii]
Var. : « soloie » ; « soleï » ; « solieu » ; « soleiye » ; « soleil ».
[xiv]
Var. : « poi » ; « pois » ; « poin » ; « pouin » ; « poingt » ; « point ».
[xv]
  Var. : « pairdu » ; « perdu » ; « perdus » ; « perdue ».
[xvi]
 Var. : « cest » ; « ceste » ; « cesté » ; « sest » ; « seste » ; « set » ; « septs » ; « setet » ; « sesete » ; « séste » ; « cette » ; « cetete » ; « sette ».
[xvii]
Var. : « vetré » ; « vest près » ; « vespré » ; « véspré » ; « vestprés » ; « vespri » ;  « vespret » ; « vesprer » ; « vepré » ; « vese prie » ; «vecprie » ; «veppré » ; «vesebrer » ; « veisprée » ; « vede prere » ; « vert prét ».
[xviii]
Var. : « pi » ; « plie » ; « plies » ; « plis »
[xix]
  Var. : « deça » ; « de saran » ; « de sar rose »
[xx]
   Cf. note 11.
[xxi]
   Var. : « parpran » ; « porprer » ; « porprée » ; « poupré » ; « purprer » ; « pour praie » ; « pourporpré » ; « pourpré » ; « pourprés » ; « pourpler » ; « pourprer » ; « pourprée » ;
[xxii]
  Var. : « Et ».
[xxiii]
  Var. : « sons » ; « son ».
[xxiv]
 Var. : « tint » ; « tain » ; « taint » ; « tien » ; « teine » ; « trais » ; « trin » ; « tenri » ; « tein » ; « teint ».
[xxv]  Var. : « o » ; « aux ».
[xxvi]
  Var. : « fautre » ; « auvotre » ; « vaustre » ; « votre » ; « vostre » ; « fo ».
[xxvii]
Var. : « parille » ; « parée » ; « pareille » ; « paireil » ; « pareil »