Publié le 13/06/2019

Le Prix Roblès 2018 est attribué à Sébastien Spitzer

Le prix Emmanuel-Roblès, prix des lecteurs de Blois-Agglopolys, récompense chaque année l’auteur d’un premier roman.

Vendredi 15 juin à la Halle aux grains de Blois, les comités de jury-lecteurs ont dévoilé le résultat de cette 28e édition. Leur choix s'est arrêté sur le premier roman de l'auteur Sébastien Spitzer pour Ces rêves qu'on piétine (Ed. de l'Observatoire).


∎ Ces rêves qu'on piétine, Sébastien Spitzer
L'Observatoire, 2017. - ISBN : 979-10-329-0071-0. - 304 p. - 20€
"Sous les bombardements, dans Berlin assiégé, la femme la plus puissante du IIIe Reich se terre avec ses six enfants dans le dernier refuge des dignitaires de l’Allemagne nazie. L’ambitieuse s’est hissée jusqu’aux plus hautes marches du pouvoir sans jamais se retourner sur ceux qu’elle a sacrifiés. Aux dernières heures du funeste régime, Magda s’enfonce dans l’abîme, avec ses secrets.
Au même moment, des centaines de femmes et d’hommes avancent sur un chemin poussiéreux, s’accrochant à ce qu’il leur reste de vie. Parmi ces survivants de l’enfer des camps, marche une enfant frêle et silencieuse. Ava est la dépositaire d’une tragique mémoire : dans un rouleau de cuir, elle tient cachées les lettres d’un père. Richard Friedländer, raflé parmi les premiers juifs, fut condamné par la folie d’un homme et le silence d’une femme : sa fille.
Elle aurait pu le sauver.
Elle s’appelle Magda Goebbels."
Sébastien Spitzer est journaliste. 

> pour le prix Emmanuel-Roblès 2018, Ces rêves qu'on piétine était en lice avec cinq autres romans :

  • L'ivresse du Sergent Dido, Olivier Rogez (Le Passage)
  • Fief, David Lopez (Seuil) 
  • Fugitive parce que reine, Violaine Huisman (Gallimard)
  • Transport, Yves Flank (L'Antilope)
  • Ma Reine, Jean-Baptiste Andrea (L'Iconoclaste)