Publié le 21/06/2017

Le Prix Roblès 2017 est attribué à Négar Djavadi

Le prix Emmanuel-Roblès, prix des lecteurs de Blois-Agglopolys, récompense chaque année l’auteur d’un premier roman.

Vendredi 16 juin à 19h à la Halle aux grains de Blois, les 74 comités, soit 596 jury-lecteurs ont dévoilé le résultat de cette 27e édition.
Leur choix s'est arrêté sur le premier roman de l'auteure et scénariste Negar Djavadi, intitulé Désorientale, publié chez Liana Levi.

"Nourri d'une veine politiquement incorrecte, résolument spontanée, le roman est une célébration de la vie et de la musique." à lire la critique de Camille Cloarec pour le Matricule des Anges.

Désorientale, Négar Djavadi
Liana Levi, 2016. - ISBN : 978-2-867-46834-6. - 352 p. - 22€
"Si nous étions en Iran, cette salle d’attente d’hôpital ressemblerait à un caravansérail, songe Kimiâ. Un joyeux foutoir où s’enchaîneraient bavardages, confidences et anecdotes en cascade. Née à Téhéran, exilée à Paris depuis ses dix ans, Kimiâ a toujours essayé de tenir à distance son pays, sa culture, sa famille. Mais les djinns échappés du passé la rattrapent pour faire défiler l’étourdissant diaporama de l’histoire des Sadr sur trois générations: les tribulations des ancêtres, une décennie de révolution politique, les chemins de traverse de l’adolescence, l’ivresse du rock, le sourire voyou d’une bassiste blonde…
Une fresque flamboyante sur la mémoire et l’identité; un grand roman sur l’Iran d’hier et la France d’aujourd’hui."

> pour le prix Emmanuel-Roblès 2017, Désorientale était en lice avec cinq autres romans :

  • Fils du Feu, Guy Boley (éditions Grasset)
  • Comme neige, Colombe Boncenne (éditions Buchet/Chastel)
  • Anthracite, Cédric Gras (éditions Stock)
  • L'été des charognes, Johannin Simon (éditions Allia)
  • Les contes défaits, Oscar Lalo (éditions Belfond)