La BD a-t-elle encore quelque chose à dire sur la Grande Guerre ? avec Etienne Leroux et Olivier Supiot, animée par Christophe Meunier

Samedi 22 septembre à 15h à Tours (37)

A l'occasion de l'exposition" 14-18", la bibliothèque centrale de Tours, en partenariat avec la librairie Bédélire, vous propose une rencontre avec Etienne Leroux et Olivier Supiot sur le thème : La BD a-t-elle encore quelque chose à dire sur la Grande Guerre ? animée par Christophe Meunier. Ce temps d'échange se fera également en présence de l'illustrateur, Loïc Chevallier (deuxième dessinateur de 14-18) et de l'éditeur de la série, Grégoire Seguin (éditions Delcourt).

Depuis 1974, une bonne soixantaine d’albums de bandes dessinées ont été consacrés à l’évocation de la Grande Guerre. Outre l’effet « Centenaire », les scénaristes et dessinateurs de bandes dessinées ont-ils encore des choses à dire sur le premier conflit mondial ? Si nouveauté il y a, porte-t-elle autant sur le fond que sur la forme ? Sur ce qu’ils en disent et/ou comment ils le disent ?

Etienne Le Roux est né en 1966 à Madagascar. Il réside en Indre-et-Loire. En seconde, il quitte le lycée et entre aux Beaux-Arts, mais il se heurte au conformisme des enseignants et à leur mépris pour la bande dessinée. Il décide donc de se lancer dans la bande dessinée sans diplôme. Influencé à la fois par des dessinateurs américains, comme Corben, et franco-belges, comme Jijé et Franquin, il voue une grande admiration à Moebius. Depuis quelques années, il a monté un atelier de dessin à Tours où il est également enseignant.

Loïc Chevallier est dessinateur et coloriste. Il s’est formé aux arts graphiques à l’école Brassart de Tours (France). Il dessine 2 tomes de la BD Kenji le ninja chez Clair de Lune. Puis il travaille en tant que coloriste sur les adaptations en BD de La quête d’Ewilan puis d'Ellana chez Glénat. Loïc réalise aussi les décors sur la série de BD 14-18 chez Delcourt, avec Eric Corbeyran, Etienne Le Roux et Jérôme Brizard. L’histoire raconte l’épopée de 8 soldats français au cours de la première guerre mondiale. Il est aussi le parrain depuis 2016 du concours Bulles de Mémoire organisé par l'ONAC-VG.

Olivier Supiot, dessinateur, est né en 1971 à Angers. Après des études d’Arts graphiques à Tours, quelques unes de ses planches sont publiées dans Fluide Glacial, puis, en 1998, paraît son premier album Erzurum (Éditions du Cycliste). En 2003, il remporte le Prix du meilleur dessin au Festival d’Angoulême pour Le Dérisoire(Glénat), en compagnie d’Éric Omond. En 2015, il est au dessin de Pieter et le Lokken, titre inaugural de la collection Les Enfants gâtés (Delcourt), avec Olivier Ka au scénario. Il signe également le premier album de la collaboration entre les Éditions du Louvre et Delcourt en 2016 avec Le Cheval qui ne voulait plus être une œuvre d’art. Ses publications régulières et qualitatives en font un auteur reconnu.

Christophe Meunier est docteur en géographie, spécialiste de bande dessinée et membre du laboratoire InTRu de l'université de Tours. 

Grégoire Seguin est délégué éditorial chez les éditions Delcourt.