Publié le 07/07/2016

À l'écoute : lecture de Tanguy Viel à Chambord

Pour sa dernière lecture du 1er semestre 2016, du programme d'Ecrivains à Chambord, le domaine national de Chambord a reçu l’écrivain Tanguy Viel

Dimanche 1er mai 2016, ce sont des extraits de son dernier roman La Disparition de Jim Sullivan qu’il a lu, mais également des morceaux choisis d’un roman inédit à paraître en janvier 2017 : Article 353 du Code pénal qui met en scène une escroquerie immobilière comme il s’en compte quelques milliers en France ces dernières années, il est surtout l’occasion d’explorer la voix d’un narrateur perdu dans les ruminations et échecs de son existence. Découvrez dans le Labo de Ciclic, 4 épisodes – de ce livre à paraître – réunis sous le nom de Vues sur la rade.

Né en 1973, Tanguy Viel a imposé son style particulier dès son premier roman Le Black Note, paru en 1998 aux éditions de Minuit. C’est chez le même éditeur que paraîtront (presque) tous les romans ultérieurs, une dizaine aujourd’hui, qui ont imposé Tanguy Viel comme une des figures incontournables du paysage littéraire français de nos jours.

Dans ses récits inspirés du cinéma, du jazz, du road movie, du roman familial ou du roman noir, l’écrivain met en scène, dans une écriture nerveuse et rythmée, des personnages réunis par une intrigue (hold-up, arnaque, drame familial) ou une obsession (la note pure du jazzman, des scènes de film, un personnage énigmatique). Avec humour, parfois ironie, Tanguy Viel décrit un monde de tricheurs, de rêveurs, souvent de perdants troquant une réalité décevante contre le fantasme d’une vie meilleure. La connivence avec le lecteur, le jeu avec les genres, une subtile réflexion sur le dispositif de l’écriture donnent à ses livres une saveur toute particulière. DeL’Absolue perfection du crime à La Disparition de Jim Sullivan (2013), il s’impose aujourd’hui comme une des voix essentielles du roman français.

Cette rencontre fut suivie d’un échange avec l’écrivain puis d’une séance de dédicaces autour d’un verre.