Publié le 13/07/2018

À l'écoute, l'épisode #5 - Écrire la légende par Camille de Toledo

Lors de ce cinquième épisode du cycle Écrire la légende, Camille de Toledo nous a livré un ultime extrait de ce Livre des morts dont nous attendons avec impatience la publication. Ce texte intime en cours d’écriture, qui part des photos et des archives familiales, a pris forme dans le partage avec les lecteurs et auditeurs de la Maison Max Ernst et dans le Labo de création du site livre de Ciclic.

Comment clore une résidence, le cycle « Écrire la légende », sans rien finir ? Comment signifier que tout commence à l’endroit où ça s’achève ? Dans cet ultime épisode, il s’agira précisément d’exposer l’élan, la vitesse de l’écriture, quand les noeuds de la mémoire ont été remis au jour, quand les photographies et les archives du passé cessent d’être un poids mort que tout recouvre et deviennent un épicentre de re-liaisons, un coeur ardent où la vie du passé se redonne au présent. Camille de Toledo avait commencé sa résidence en exposant les empêchements, les difficultés à dire, le sentiment de coupure d’avec les spectres du passé. Dans cette ultime station, il dévoilera comment le « livre des morts » est devenu possible à partir de la figure du « frère » disparu. Il donnera à sentir la forme qui est apparue grâce à la mise en partage du passé et proposera une lecture en fragments, dévoilant ce qui traverse les âges et les corps : le plan, en somme, d'une vie transpersonnelle…

Ce cinquième rendez-vous qui a clôturé cette série, s'est déroulé le samedi 23 juin à 17h à la Maison Max Ernst (Huismes-37). Ciclic propose à celles et ceux qui n'ont pu être présents ou qui souhaitent s’y replonger, le texte Écrire la légende #4 à l'écoute et en téléchargement. Retrouvez également en bas de cet article l'intégralité des textes proposés au sein du Labo de Ciclic par Camille de Toledo. 

TÉLÉCHARGER L'INTÉGRALITÉ DES TEXTES

∎  Au sein du Labo de création de Ciclic, Camille de Toledo développe une réflexion sur les rapports entre littérature, photographie et histoire familiale, "Écrire la légende". 

Qu’est-ce que ça veut dire « écrire la légende » ? Et que faisons-nous lorsque nous regardons et commentons des images du passé, des photographies de nos vies en famille ? Et si nous les commentons, n’est-ce pas une manière de « légender », d’offrir une légende à des images qui autrement se ressemblent, se confondent ? Une façon de les singulariser ? Mais alors, est-ce l’image qui dit le vrai ou sa légende ? Est-ce le texte qui fabule autour de la preuve ou le faux de la preuve qui se dissout grâce aux commentaires ? Ces questions convergent en une seule : « Qu’est-ce que légender ? »