Café littéraire "Herzl, une histoire européenne"

Vendredi 23 novembre, 11h à Blois (41)

Pour sa 35e édition, bd BOUM propose un café littéraire avec Camille de Toledo autour de sa BD Herzl, Une histoire européenne, livre-testament d’un « Luftmensch » européen, un gavroche des shtetls chassé de Russie par les pogroms, qui s’est mis à enquêter dans les années 20 et 30 sur la vie de Theodor Herzl. 

La rencontre, préparée par le magazine Marianne est animée par le journaliste Philippe Peter et se déroule à la Maison de la BD

HERZL, Une histoire européenne de Camille de Toledo et Alexander Pavlenko (Denoël Graphic, mars 2018)

1882. Ilia Brodsky, l'orphelin des shtetls, Juif sans terre chassé de Russie par les pogroms, traverse l'Europe avec sa sœur Olga. À Vienne, il croise le jeune Theodor Herzl, un dandy qui commence à percer dans le monde des lettres. Cette rencontre fugace avec l'homme qui imaginera quelques années plus tard le futur État d'Israël va changer sa vie. À Londres, où il côtoie les réseaux anarchistes de l'East End, puis à Paris, Ilia se met à enquêter sur Herzl. 

Pourquoi ce Juif mondain, parfaitement intégré dans la Vienne des Habsbourg, a-t-il soudain pris fait et cause pour des frères sans patrie dont il a honte? Quels rêves, quelles raisons intimes, ont conduit Herzl à œuvrer pour le « Pays à venir », une nation où tous seraient enfin protégés des violences de l'Histoire? À quoi ressemble le rêve sioniste dans cette Europe à l'aube du XXe siècle qui se rue tête baissée vers la destruction? 

À travers deux destins opposés et étrangement symétriques, ce puissant roman graphique confronte deux versants de la pensée juive : la tradition de l'exil face aux aspirations à la Terre promise. Au moment où l'Europe du XXIe siècle connaît de nouvelles fièvres nationalistes et identitaires contre ceux qui y cherchent un refuge, il s'efforce, par la voix d'Ilia Brodsky, d'imaginer un pays pour ceux qui ont tout perdu...

***

Camille de Toledo est écrivain. Il a étudié à Paris, Londres et New York. En 2004, il obtient la bourse de la Villa Medicis. Dans un livre de 2007, Visiter le Flurkistan ou les illusions de la littérature monde (PUF), il engage une discussion sur ce que le XXIe siècle "exige" de la littérature. 

En 2008, il fonde la Société européenne des auteurs, qui œuvre à bâtir une "Europe des traductions". Il est l’auteur, notamment, de L’Inversion de Hieronymus Bosch et Vies et mort d’un terroriste américain (Verticales/Gallimard 2004 et 2007), Le Hêtre et le Bouleau, Vies potentiellesOublier, trahir, puis disparaître (Seuil, 2009, 2010, 2014) qui composent ensemble ce que Toledo nomme la trilogie européenne. Toledo poursuit parallèlement sa réflexion d’essayiste sur les régimes d’historicité et sur les manières de "changer les temps", dans Les Potentiels du temps, co-écrit avec Aliocha Imhoff et Kantuta Quiros (Manuella éditions, 2016.) 

Son cycle, à la Maison de la Poésie de Paris, en partenariat avec Remue.net et Diacritik, Histoire du vertige (Saison 1-2), n'a cessé de nourrir une pensée vivante, contemporaine, avec et sur la littérature, où les œuvres de Sebald, Faulkner, Borges, Cervantès, et tant d’autres, lui ont servi de point d’appui pour appréhender notre XXIe siècle. Le Livre de la faim et de la soif, un roman-monde, baroque, qui renoue avec le genre du picaresque, est paru en février 2017 aux éditions Gallimard. 


Alexander Pavlenko est né en 1963 à Ryazan, en Russie. À Moskow, il a étudié l'histoire, l'art et l'animation. Là, il a travaillé pour A. Tatarsky au studio d'animation Pilot et a fourni l'illustration pour les romans d'aventure et de science-fiction. Depuis 1992, il vit et travaille en Allemagne. Toujours fidèle à sa passion pour l'histoire, la littérature et l'art, il a illustré les œuvres de Pouchkine, Georges Batailles, de Sade, Oscar Wilde et bien d'autres. Ses collaborations incluent les Éditions Denoël, le Musée national d'État, l'Édition Faust et les Éditions Gallimard. Ses articles spécialisés ont été publiés par OM, Harpers Bazaar, Premier et Птюч.


Journaliste de formation, Philippe Peter est diplômé de l’IEP de Strasbourg et de l’IEP d’Aix-en-Provence. Après trois années passées au quotidien France-Soir (services Société et Politique), il devient journaliste indépendant spécialisé dans la bande dessinée. Il publie notamment ses articles dans Le Parisien magazineLa Tribune de Genève et le mensuel dBD. Il est également co-fondateur du site et du webzine Cases d’histoire qui s’intéressent à la bande dessinée historique. Philippe Peter est membre de l’Association des critiques de bande dessinée (ACBD).